Hier j'ai mordu deux ou trois collègues et aboyé une partie de la journée. Même l'espion d'Epiméthée n'a pas osé squatter mon bureau pour me raconter ses problèmes d'imprimante. Eh, oui, c'est dur la rentrée, et vous connaissez ma bonne nature bisounoursique, je n'ai pas l'habitude de garder égoïstement tout pour moi.

Mais si on lit bien les magazines féminins pour femmes matures et épanouies, c'est à dire à la retraite, car bien sûr, comment peut-on l'être quand on paye la retraite des autres, qu'on rembourse leurs emprunts d'Etat et que la Sécu vous persécute pour payer leurs vaccins, et que vous les croisez l'été sur les pistes cyclables, bronzés et musclés quand vous êtes tout blanc d'épuisement d'une année d'effort acharné, les magazines pour femmes mature, donc, car les autres vous donnent la mode pour femmes rondes qui font du 36 ou vous expliquent comment gérer la première nuit, ces magazines, donc, (je vais y arriver), eh bien, ils vous donnent un conseil frappé sous le sceau du bon sens, à savoir positiver.

J'ai donc mis ce judicieux conseil en pratique, en méditant sur la barbe d'Epiméthée : une barbe très dure, même après une semaine de randonnée, surtout après une semaine de randonnée, une barbe avec laquelle on s'abstiendrait même de dormir si Epiméthée n'était pas en dessous. Oui, même la barbe d'Epiméthée, aussi foncièrement nuisible qu'elle soit, peut être positivée.

Car elle use les cols de chemise à vitesse grand V. Ce qui me permet de tailler dedans avec enthousiasme ce genre de chose.
Voire de récupérer la patte de boutonnage pour ne pas avoir à refaire des boutonnières, un énorme gain de temps.

photos_couture  photos_couture_006

Et l'autre jour, en réunion à l'Agence France Trésor, pendant que les traders de l'Etat expliquaient doctement leur système de couverture du risque, je ne pouvais pas m'empêcher de lorgner sur le poignet de la chemise de mon voisin qui dépassait de sa veste, en me disant que vraiment ces petits carreaux auraient fait une charmante barboteuse, très masculine. Je ne me souviens plus très bien ce qu'il a dit, du coup.